à Nasséré en 2015

juillet & aoüt 2015.

Un groupe de scouts à Nasséré.

 

Ci dessous,un lien vers une banque d’images prises par les scouts pendant leur séjour. Un click de souris dessus pour les découvrir.

 

 

Un groupe de scouts passe un mois du 15/07 au 12/08, à Nasséré pour rénover les salles d’hospitalisation ainsi que la salle et la cuisine de la maison du jumelage. (remise en peinture et reprises de maçonnerie.) Ils sont encadrés par l’entreprise ERH de Kongoussi.
Le soir, ils font des actions d’animation auprès des jeunes de Nasséré.
Un grand merci à ces jeunes qui consacrent leurs vacances en se rendant utiles.

 

 

 

 

Le programme de leur séjour à Nasséré.

 

Notre séjour s’est parfaitement déroulé du 13 juillet au 13 août au Burkina. Nous sommes restés en tout du 15 juillet au 6 août à Nasséré après avoir passé un jour à Ouaga pour quelques démarches administratives et une visite au chef du Canton qui nous a « ouvert les portes de son royaume » Voici ce que nous y avons fait :

  • 15/07 : Arrivée à Kongoussi puis taxi jusqu’à Nasséré, accueil par Boniface Sawadogo, visite rapide des lieux. Jeux avec les enfants sur le terrain devant l’école primaire
  • 16/07 : Travail aux champs, jeux avec les enfants, visite au préfet
  • 17/07 : Fête de la fin du Ramadan à Sika, cérémonie avec les musulmans puis après-midi chez le chef dans sa Cour à Sika
  • 18/07: Cérémonie de parrainage de l’école de Nodin avec Symondé (premier ministre du chef de Canton) – réunion avec les parents, discours puis repas, travaux aux champs l’aprèm
  • 9/07 : Messe à Silalba, kermesse puis travaux aux champs et animation auprès des enfants
  • 20/07 au 26/07 : Travaux au CSPS :
    1. couler une chape de béton dans une des salles d’hospitalisation.
    2. reboucher les fissures sur tous les murs du bâtiment comportant les trois salles d’hospitalisation.
    3. monter un mur en parpaings à la place de la cloison en bois dans la première salle de consultation.
    4. faire un muret autour du panneau solaire (environ 20 cm de hauteur) + ajouter 6 poteaux ancrés dans le béton pour maintenir le grillage qui s’affaissait.
    5. faire deux rampes d’accès pour les fauteuils roulants + une marche pour accéder aux salles d’hospitalisation
    6. peinture : tout l’intérieur des salles d’hospitalisation (peinture à l’essence) en bleu foncé et jaune + les portes et volets en gris clair + les poteaux, la porte, le montant du panneau solaire et la pièce en métal au dessus des canalisations en bleu ciel + la cloison en parpaings en bleu et jaune (nous avons dû peindre exclusivement le mur, il y a donc une large différence de couleur entre le mur refait et le reste de la salle … même si les peintres nous ont assuré que cela allait changer progressivement de couleur pour devenir comme sur les autres murs … nous sommes restés quelque peu dubitatifs.
  • 26/07 : Messe à Nasséré + décoration de T-Shirts que nous avions apportés avec les enfants du village (une trentaine de T-shirts décorés et donnés aux familles) + jeux divers avec les enfants
  • 27/07 et 01/08 : Peinture dans la maison du Jumelage (deux couches dans toutes les pièces de la maison, y compris les sanitaires. Peinture à l’eau) + apprentissage de la cuisine avec une jeune fille de Nasséré + travaux aux champs et animation auprès des enfants + séjour à l’hôpital de Kongoussi !
  • 02/08 : Fête de la Saint Julien, grande fête au village, messe puis marché (avec des marchands des environs et de Kaya également), rencontre de quelques scouts burkinabés
  • 03/08 – 05/08 : Marche jusqu’à la montagne à l’est + animation et travaux aux champs + confection d’un plan du village avec le recensement des bâtiments édifiés par le jumelage que nous avons pris en photo.
  • 06/08 : Départ

Ensuite nous avons été à Guié visiter l’asso AZN puis nous sommes allés à Bobo-Dioulasso et Banfora avant de revenir deux trois jours à Ouagadougou.


 

Accès au site web des scouts de Nanterre

 


 

Ont séjourné à Nasséré du 8 au 21 novembre:

 

  • Daniel Soudant, Gilles Bellière
  • Annie Bellière et Pascale Galais

 


 

Les objectifs de ce séjour étaient les suivants:

 

  • Au CSPS vérification de l’installation et du fonctionnement de l’incinérateur.
  • Vérification et réception des latrines publiques.
  • Remise des buts de football avec le COJU local.
  • Réunion du Comité Local de Jumelage afin de mieux l’impliquer dans les projets.
  • Suivi du projet Moringa.
  • Remise de livres et d’une imprimante au collège.
  • Réalisation d’un jardin pédagogique au collège.
  • Remise des cadeaux aux femmes bénévoles.
  • L’orpaillage à Nasséré

le CSPS

Annie et Pascale visitent le CSPS.

l'incinérateurl'incinérateur

L’incinérateur et les latrines du CSPS.

visite latrines visite latrinesplaque latrines

Vérification et réception des latrines publiques.

les buts

Remise des buts de football avec le COJU local.

 


don de livresdon de livres

Remise de manuels scolaires et de matériel pédagogique au lycée-collège.

 


don de livresdon de livres

Couverture des manuels scolaires

 


jardin pédagogiquejardin pédagogique

Réalisation d’un jardin pédagogique au collège.Pose de la clôture.

 


 

Visite des orpailleurs à Nasséré !

 

Un véritable village s’est installé à Biliga à proximité des puits de mine des orpailleurs.

villagevillage

Le village

un puitsle treuil

Un puits. Les treuils utilisés pour remonter le minerai qui va être broyé

Des orpailleurs

Un groupe d’orpailleurs

broyeurla pesée

L’outillage et la pesée

 

L’extraction de l’or à Sabcé

mine de Sabcémine de Sabcé2

Evidemment, rien à voir avec ce qui se passe à Nasséré. La société Bissa Gold SA, dont l’Etat détient 10% des actions exploite depuis trois ans l’or à Sabcé, localité située à quelques kilomètres de Nasséré, cela pour au moins six ans encore selon les prévisions. Le représentant du dima de Sabcé, Albert Patoin Ouédraogo, au nom du collège des sages, a souhaité une bonne prospérité à la société minière tout en l’invitant à s’engager pour une exploitation « sans poison pour nos animaux et nos plantes ». Qu’adviendra-t-il de la zone après le passage des foreuses, bulldozers, bouteurs, niveleuses ainsi que les produits chimiques de la société minière ? Qui remettra les sols en état après la fin de l’exploitation ? Le doute et l’espoir s’entremêlent.

 

Viendront-ils un jour s’installer à Nasséré quand il n’y aura plus d’or à Sabcé ?

 


 

L’or au Burkina Faso

 

Manque de transparence et de traçabilité dans l’exploitation minière au Burkina, selon le président du Parlement.

Par Pana – 3 mars 2016 Ouagadougou, ⦁ Burkina Faso (PANA) – Le président du Parlement, Salifou Diallo, a dénoncé, mercredi, le manque de « transparence » et de « traçabilité » dans la gestion des ressources minières du ⦁ Burkina Faso et annoncé la mise en place d’une Commission d’enquête parlementaire sur la question. ⦁ Selon M. Diallo, qui s’exprimait à l’ouverture de la première session parlementaire ordinaire, le ⦁ Burkina Faso, un des premiers producteurs d’or en ⦁ Afrique, vit « le printemps des ⦁ mines », l’exploitation minière rapportant désormais plus de devises à l’Etat que le coton, naguère premier produit d’exportation. Toutefois, a-t-il déploré, l’exploitation minière ne s’opère point de manière rationnelle et manque de traçabilité et de transparence. Aussi, a-t-il invité l’Etat à « rationaliser » l’exploitation de ses mines pour plus de justice sociale. En 2014, les 36 tonnes d’or extraites ont rapporté plus de 168 milliards francs CFA, soit 256 millions d’euros, au budget de l’Etat. En fin juin 2015, sous le régime de la transition, les députés ont adopté un nouveau code minier pour que les populations bénéficient davantage des retombées, l’ancien code étant jugé très favorable aux investisseurs par la société civile. Cette nouvelle loi oblige notamment les industries minières à accorder « 1% de leur chiffre d’affaires mensuel hors taxe ou de la valeur des produits extraits au cours du mois » à un fonds destiné aux populations riveraines des sites miniers.

Le Burkina Faso classé deuxième pays d’exploitation minière en Afrique

Par Pana – 23 mars 2016 Ouagadougou, ⦁ Burkina Faso (PANA) – Le ⦁ Burkina Faso a été classé deuxième pays d’exploitation minier d’⦁ Afrique, après le ⦁ Maroc et 29ème sur le plan mondial, selon «l’Institut Fraser» cité, mercredi, par le service d’information du gouvernement (SIG). ⦁ Selon le ⦁ gouvernement burkinabè, cette position du pays a été propulsée par les réglementations mises en place par le gouvernement, le système légal, le régime de taxation, les infrastructures, la stabilité politique, les lois concernant le travail figurent parmi les critères de classement. La même source précise que le gouvernement du Burkina Faso entend faire de l’exploitation des ressources minières un des piliers de la relance économique par la création d’emplois et de richesse. Selon un rapport de l’Initiative pour la transparence des industries extractives du Burkina (ITIE-BF), le gouvernement burkinabè a reçu en 2013 des 29 sociétés minières, au total, 197.320.374.640 F CFA au titre des impôts et taxes. Depuis 2009, l’or a détrôné le coton qui était depuis 1960, le premier produit d’exportation du Burkina Faso, pays sahélien d’Afrique de l’Ouest de près de 19 millions d’habitants. Selon les estimations, les ressources aurifères participent pour plus de 12% dans la formation du Produit intérieur brut (PIB) du Burkina.