Projet Bois de chauffe et arbres fruitiers


Diagnostic Contexte général du projet

Cette action se situe dans 4 villages de la Commune de Nasséré : Biliga, Sillalleba, Sika, Fénéguéné.
Le projet de départ est en cohérence avec le Plan Local de Développement.
Son objectif est de lutter contre l'appauvrissement des sols, de lutter contre la pauvreté des populations par la production d'arbres de rapports et favoriser ainsi l'autosuffisance alimentaire. Par ailleurs, il s'agit d'aider les populations à s'organiser pour acheter, produire, vendre dans le respect de pratiques culturales respectueuses de l'environnement .

Identification du Problème.

C'est le résultat d'une prise de conscience déjà ancienne des causes et conséquences de la désertification. La réflexion, impulsée en 2007 par le premier maire, Charles Garba, le Comité de Jumelage de l'époque, a été reprise par la municipalité actuelle et las acteurs locaux. Cette réflexion était d'autant plus opportune qu'elle permettait de valoriser les forages neufs ou réhabilités. En outre, les études des etudiants de l'ESITPA , les contacts avec la ferme pilote de Guié ont démontré que outre les eucalyptus, les acacias, les nimiers, des jujubiers , manguiers, goyaviers procureraient des ressources complémentaires aux agriculteurs ouverts aux nouvelles techniques Enfin la mise en place de la MADEFON "Maison d'Appui au Développement Economique et de la Formation à Nasséré" a favorisé la mise en place du projet en en devenant le maître d'ouvre.

Mise en euvre

  • 4 groupements d'agriculteurs : 1 à Sillalleba , 1 à Sika, 1 à Fénéguéné, 1 à Biliga.
  • Nombre de parcelles concernées : 4
  • Nombre d'hectares plantés : 8
    • 2 à Sillaleba ( 2X1ha)
    • 1 à Sika (2ha)
    • 1 à Feneguéné (2 ha)
    • 1 à Biliga (2ha)

Les bénéficiaires sont organisés en groupement dans chaque site, propriétaires des terres à aménager, regroupées en une seule parcelle à proximité d'un point d'eau. Ils doivent accepter le principe de la co-formation(partage d'expérience, formation par les techniciens des Eaux et Forêts, formation à la gestion par la Madefon)et décider collégialement des espèces à planter ainsi qu'à l'organisation future de la vente. Chaque groupement aménage collectivement chaque parcelle commune ( haies pour empêcher l'intrusion des animaux, tranchées d'orientaion des eaux pluviales, délimitation et construction des cordons pierreux. Chacun reste maître de son propre lopin. Il doit y effectuer la trouaison, y mettre le compost et procéder à l'irrigation par goutte à goutte( Système IRIGASC). Des équipements communs ( charrettes, bidons de transport d'eau, ânes) permettent une mutualisation des moyens.

Les opérateurs chargés de la mise en oeuvre.

Au Burkina :

En Seine-Maritime :

Les financeurs :

  • Le Conseil Général de la Seine-Maritime : 12 000 euros
  • Le Rotary Club du Havre : 4 000 euros
  • Le Conseil Régional Haute-Normandie : 9000 euros
  • L'AAMADEFON.

Le montant total valorisé du projet se monte à 42 570 euros.L'action a débuté en Mars 2011

Effets Attendus :

  • Evaluation du nombre de reliques de forêt sur les villages concernés en début de projet puis lorsque les bois ligneux commenceront à être vendus.
  • Nombre de parcelles correctement aménagées.
  • Revenus des agriculteurs , capacités de remboursement des investissements initiaux.
  • Effets d'entraînement sur d'autres agriculteurs et d'autres villages.
  • Au bout d'une année, nombre de lopins pouvant produire des cultures de contre saison.
  • Elévation du niveau de vie des bénéficiaires et du nombre d'enfants scolarisés .